Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/petitsperes.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Les Petits Pères ont été de Thaï - Les petits pères


Suivez les Petits Pères sur facebook


Club house

PETITSPEROSCOPE

Résultats

Compte-rendu de match

Histoire des Petits Pères

La prod PP

Reportages photos

Autres sites des petits pères

Les AG

Liens pratiques

Contact

stade Louis lumière

Stade de la grenouillère

 

 

Accueil du site > Compte-rendus de matchs > Saison 2014-2015 > Les Petits Pères ont été de Thaï

Les Petits Pères ont été de Thaï

dimanche 2 novembre 2014, par Nicki les bons tuyaux

Un tournoi international à Bangkok

Le tournoi se joue à 10 joueurs, par match de 2x10 minutes, sur un terrain aux dimensions classiques. Toutes les équipes s’affrontent une fois et le classement se fait au nombre de match gagné et au goal average si égalité.

Le rugby à 10 n’est pas ce que l’on pratique habituellement. Et compte tenu des forces en présence, principalement des joueurs d’avant, il va falloir se surpasser. Les mises en place et entraînements du coach ont été essentiels dans la préparation, et les repères ont été ancrés dans nos esprits lors de la mise en place de mercredi.

Nous arrivons au complexe sportif sous un soleil de plomb et nous sommes plusieurs à penser que si ce soleil dure, nos organismes vont avoir du mal à suivre. Beaucoup de monde sur et hors des terrains avec les écoles de foot et nos équipes présentes. L’accueil est plutôt chaleureux, avec la présence d’un bar à bières et de dégustation d’un breuvage nouveau proposé par le sponsor du tournoi. Nous ne nous en laissons pas compter et résistons aux sirènes qui nous sont offertes pour finir de nous concentrer sur ce que l’on a à faire dans quelques dizaines de minutes.

Nous nous retrouvons rapidement au vestiaire pour nous changer et la traditionnelle distribution des maillots. Puis, nous sortons tous ensemble du vestiaire pour rejoindre un coin à l’écart des terrains pour nous échauffer. La température des corps monte mais le temps se couvre et nos craintes s’amenuisent de ne pouvoir résister à la chaleur étouffante qui nous guettait. Les capitaines sont appelés pour un briefing autours des règles du tournoi et nous apprenons que celles-ci sont fixées au début de chaque match entre les deux équipes. Le choix est laissé à chacune de se mettre d’accord sur la poussée en mêlée, sur le jeu au pied,... Ce sera certainement une des stratégies qu’il faudra le mieux gérer au regard du jeu de chaque équipe. L’échauffement est relativement court pour ne pas épuiser les machines trop tôt et pendant ce temps le premier match du tournoi se lance. Nous observons de loin nos futurs adversaires et analysons la tactique de chacun. Les premiers matchs voient deux équipes locales s’affronter : les Old Bangkok Bangers, organisateurs du tournoi, affrontent la Royal Bangkok Sport Club Old Boys, dont la maîtrise du jeu à 10 tétanise son adversaire qui laisse filer la victoire. Cet équipe est invaincue depuis 6 ans au tournoi et est l’adversaire redouté de tous ici.

Nous entrons sur le pré pour le deuxième opus de ce tournoi. Face à nous, l’équipe de vétérans de Saïgon, les Dirty Geckos. Constituée d’Anglo-saxons des quatre coins de la couronne britannique, c’est une équipe avec de beaux gabarits qu’il va falloir marquer. Et c’est ce que nous faisons en plantant 5 essais contre 1 et en remportant notre première victoire qui nous permet de nous installer confortablement dans ce tournoi et de montrer à nos adversaires que nous ne sommes pas venu pour les regarder jouer. Nous avons un match de repos avant notre nouvel affrontement et regardons avec attention le troisième match qui oppose toujours cette équipe de thaïlandais aux Yangon Dragons, équipe d’expatriés venue de la Birmanie voisine. Le match est à sens unique et les thaïs remportent une seconde victoire.

Pour notre deuxième match, nous affrontons les Old Bangkok Bangers, nos hôtes rugbystiques auxquels nous nous sommes confrontés dimanche dernier à XV(match nul 30-30). Nous jouons cette fois contre une équipe profondément remaniée et cette rencontre franche et virile se termine sur le score d’un essai partout, mais non transformé pour les PP. Notre tour arrive d’affronter l’équipe thaïlandaise qui surclasse toutes les autres depuis le début de l’après-midi. L’expérience des règles adaptées à chaque match nous ayant affûté, le choix est fait de proposer à cette équipe de ne pas pousser les mêlées, de ne pas faire plus de 20 mètres avec la balle et de taper au pied partout. Les capitaines sont d’accord et le coup de sifflet est donné. Les PP proposent une ligne de défense solide et qui monte ensemble rapidement. Nos adversaires coureurs ne trouvent pas de trou. Nous menons vite au score par un essai à rien et la première mi-temps se termine sur de la tension palpable chez nos adversaires et de la détermination chez nous. Le début de deuxième mi-temps se concrétise par un essai de nos adversaires mais très vite les PP, se retrouvent et marquent deux essais supplémentaires. Deux blessés du côté des Thaïlandais et la frustration de ne pas avoir dominé leurs adversaires poussent le capitaine à demander la fin prématurée de la rencontre. Nous apprenons également que l’équipe déclare forfait et quitte le tournoi.

Nous sortons galvanisés par cette rencontre qui s’est déroulée sous le regard admiratif des autres équipes qui nous voient désormais comme des prétendants à la victoire du tournoi. Nous jouons notre dernier match contre les Dragons birmans. Une rencontre rude et serrée qui se termine sur le score d’un essai partout, avec une transformation réussie pour nos adversaires.

C’est la fin du tournoi. Nous sommes épuisés, les corps sont meurtris mais le sentiment qui nous submerge est celui du devoir accompli. Place à la bière et à l’annonce des résultats : nous apprenons que trois équipes se partagent la première place en nombre de victoires. Mais le goal average défavorable nous classe troisième. Contents, nous allons nous changer pour rejoindre le Bistrot 33, dans le centre de Bangkok, où nous nous restaurons et gagnons peut-être la plus belle des victoires de ce tournoi, celle de la troisième mi-temps.