Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/petitsperes.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 Le W.E.R.F.* ou comment je me suis transformé en dalmatien. - Les petits pères


Suivez les Petits Pères sur facebook


Club house

PETITSPEROSCOPE

Résultats

Compte-rendu de match

Histoire des Petits Pères

La prod PP

Reportages photos

Autres sites des petits pères

Les AG

Liens pratiques

Contact

stade Louis lumière

Stade de la grenouillère

 

 

Accueil du site > Compte-rendus de matchs > Saison 2008-2009 > Le W.E.R.F.* ou comment je me suis transformé en dalmatien.

Le W.E.R.F.* ou comment je me suis transformé en dalmatien.

mardi 16 septembre 2008, par Rom

Jeudi courses : 250 bières, 160 chipos, idem merguez, 6 côtes de boeuf, 30 côtes de porcs, 30 bt de vin, une fontaine à pinard, un brie de meaux, un morceau de Salers, 2 kg de rillettes, 3kg de terrine campagne, heuuuu (comme dit LaMugne), 60 tranches de jambon, 2 bt de visky, du petit déjeuner... Bref on a sympathisé avec la caissière.

JPEG - 426.7 ko

vendredi soir : arrivée à Epaux-Bézu, bon plutôt normal, on à tous fait gaffe à pas trop boire. Gentils, sages les garçons... diner simple : saucisses, côtes de porcs, lard, quiches, salades pas verte, vins, ouiskys, prunes, bières... sages les garçons car ils savent que le lendemain y’a joging (impossible à écrire...). Alors tous dans la tempérance, on trinque tout doux, tout doux, tout doux. Mugne, Tramb et Karim Redford ont pillé les bombecs des gosses de Fred durant le trajet alors ils en profitent pour partager, avec talent, leur maîtrise d’humour en nous racontant une 30aine de blagues carambar. Topak a adoré, faut dire qu’il est fort en blague le gars Topak. Puis on a encore bu-tout-doux-parce-que-sinon-demain-on-va-en-chier-grave, ou-alors-vraiment-juste-un-petit-dernier-histoire-de-quoi. (phrase entendue durant tout le week-end)

samedi matin fouting (celui là non plus ch’ais pas l’écrire). Rico déjeune au rouge-jambon. Topak, qui a sifflé toute la nuit pour accompagner les ronflement du père Tramber, a l’air fatigué. LaMugne qui a bu-tout-doux hier soir à une tête de... Mugne. Perso je suis livide. Traumatisé par la perspective d’un jojing de 20mn.

C’est parti jojing pour tout le monde ! FFF-FFF, ptain ça commence mal on a fait 14m et y’en a qui sont déjà échappés. FFF-FFF, on discerne deux groupe :

JPEG - 400.1 ko

ceux qui courent, et ceux qui courent pas. FFF-FFF... putain, chemin, gadoue, forêts avec des bêtes, ne pas prendre le pont, FFF-FFF, mais c’est où son putain de terrain à Greg, il a pourtant dit que c’était pas loin. FFF-FFF, on s’est peut-être trompé, FFF-FFF. Ah ça y est c’est là, on va pouvoir souffler ! Ah ben non. 2 groupes, fractionné, rentre dans la gueule. FFF-FFF on va tous y crever.

sélection de petites phrases :
- "Ce matin on va faire du physique"
- "Cet aprem on fera plus ludique"
- "la Mugne ta gueule ! tu as préparé quelque chose ? non alors tu fermes ta gueule !" : j’ai bien aimé celle là, il est fort notre Groscoach
- "fous moi la paix wikipédia", de GrJu à Ximoun (elle est bien aussi n’est-ce pas ?)
- "BEUARG", c’est moi qui pose une gerbe commak
- "FROUIKKK", c’est moi qui pose une chiasse commak
- "j’ai pas fait un en-avant"
- "il est nul comme arbitre Rony"

Bon je dois avouer que après ces incidents gastriques je ne me souviens plus de tout alors quelques réminiscences comme elles viennent :

samedi aprèm 2ème jojing très douloureux : Je me fais doubler par Stef Jack et sa fille, elle me regarde et me tire la langue. Elle a du prendre l’aspiration comme au vélo. 30 secondes après, l’ainée des StefJack me refait le coup de l’aspi. Problème mécanique je n’arriverai jamais à la rattrapper. Et puis coup de grâce... c’est au tour de Théophile de me faire passer pour une deu-mer. Lui aussi, me double en me tirant la langue... gros coup de solitude... je suis sur un sentier dans la fôret, la douleur m’envahit, les larmes me montent aux yeux, il y a plein d’arbres, encore plus de branches, et je n’ai pas pris de corde pour pouvoir me pendre...

dimanche matin 3ème jojing : Ah ah ah, StefJack et ses horribles marmots sont partis, Téo est resté couché, je gambade comme le poney dans la prairie, le coeur leger, les nasaux au vent. Je suis libre, j’ai un corps sublime et je suis un dieux du rugby. Et je termine sur les rotules les 10mn de course.

Il y a eu le petit bar d’Epaux-Bézu aussi... et ses petites bières... après l’entrainage... avant l’apéro... les meilleures...

Et puis enfin les COTES DE BOEUF !!!!! AVEC DU VIN ROUGE !!!!! et des SAUCISSES !!!!! ET DES MERGUEZ !!!!! ET DE LA VIEILLE PRUNE !!!!!

et puis le werf se termine, on rentre dans nos chaumières, retrouver nos dulcinées... Attentives à nos blessures, récits, nos blagues carambar...

Et puis réveillé dans la nuit, je suis paralysé, je me traîne hors de mon lit... vite des diantalvics !... à quatre pattes direction salle de bain. Je passe devant le miroir de la penderie : tout blanc avec des bleus de partout : je ressemble à un dalmatien. "WERF WERF" aboie-je.

*WERF : week-end de remise en forme. Ben ouais...