Suivez les Petits Pères sur facebook


Club house

PETITSPEROSCOPE

Résultats

Compte-rendu de match

Histoire des Petits Pères

La prod PP

Reportages photos

Autres sites des petits pères

Les AG

Liens pratiques

Contact

stade Louis lumière

Stade de la grenouillère

 

 

Le tournoi à Genevilliers

samedi 27 septembre 2003

Avant-Match

Il est 09 H 00 en ce samedi ensoleillé. Pour l’occasion, Titi a ouvert la petite porte. Entre deux croissants et une gorgée de café, la poignée de petits pères présents à ce rendez-vous matinal se plonge dans la lecture de l’équipe. Au menu, un débat sur la taille de Tony Parker, histoire de se vider l’esprit. Les esprits des gazelles, justement, sont torturés par une unique question : « Les gros répondront-ils présents ? ». Pas même le temps de soumettre la question au débat public, là sur le comptoir de la petite porte, Yvo fraîchement papa sonne l’heure du départ. « Bon les gars, il faut y aller, c’est l’heure », lance-t-il d’une voix grave. Aie ! Aie !. Chacun s’exécute. Les fesses confortablement enfoncées dans le cuir moelleux de la nouvelle yvomobile, les valeureux petits pères reprennent un semblant de confiance, dans ce luxe ambiant. « On dirait une délégation slovène qui se rend à l’ONU », plaisante un petit père. « Ouais. Et c’est le président de la république qui conduit. C’est comme ça en Slovènie ! », ajoute maître Yvo. S’ensuit une discussion sur la beauté de la côte Dalmate menacée par le tourisme de masse, un aparté sur la croissance exponentielle du Rugby Folklo à Paris ou encore une brillante analyse sur l’intérêt du Top 16 en pleine coupe du Monde. « C’est l’occasion pour les petites équipes d’engranger les points ». Yvo assure la discussion. La petite bande arrive sur le parking du stade, il est 09 H 50. On sort les sacs de la voiture. Yvo nous quitte sur un énigmatique « Salut les gars, bon courage ! ». Une étrange impression de partir à l’abattoir nous envahit. A la table de marque, on explique qu’on sera peut-être un peu juste en effectif. Trois équipes se sont désistées, l’organisation nous envoie quatre italiens et.une italienne (On en reparlera). Moyenne d’âge : cinquante ans. Mais ils sont gros, alors on est content.

Vestiaires

Les petits pères tombent dans la poule avec Dassault et VDQS. Dans les vestiaires, les portables sonnent à tour de bras. « Bon je viens juste de décoller de chez moi. J’arrive ! » La grégasse sera bien au rendez-vous ! Ouf. Rony la momie explique à Nico Gurgand comment se rendre au stade. On joue dans une demi-heure.

Echauffements

.Pendant ce temps Dassault et VDQS font match nul, vraiment pas terrible.

Premier match

2 x 10 minutes VDQS-Petits Pères 0-1 Essai de Simon. Blessure de Lolo 400 (ménisque) Ça y est ! C’est à nous. Le terrain B, annexe, est un caviar. Coup d’envoi. En face que des gros, pas très mobiles mais relativement bien organisés. A plusieurs reprises, leur pack tente des groupés pénétrants, les petits pères fidèles à leur réputation ne lâchent rien. Côté trois-quarts, les petits pères jouent la carte de la simplicité en envoyant la gonfle très vite sur les extérieurs. Rien de bien spectaculaire mais la stratégie paie sur une superbe percée de Simon. Côté mauvaise nouvelle, la blessure de lolo 400 à la dixième minute. Après un passage aux urgences, Lolo nous rejoint quand même l’après-midi le genou enfermé dans une attelle. Verdict : le ménisque est touché, il doit passer des examens complémentaires dans la semaine.

Deuxième match

2 x 10 minutes Dassault-Petits Pères 0-3 Au vu du simple score, on peut penser à une correction. mais toute relative. D’abord Dassault, c’est l’une des bêtes noires des petits pères. Un gros morceau. Une équipe très bien organisée, homogène, avec un pack costaud et des lignes arrières qui vont vite. Avant le match, nono, notre capitaine, demande à Greg : « si on gagne le toss on reçoit ou bien ? ». Gregasse est catégorique : on recoit ! Coup d’envoi, finalement on reçoit. Le ballon s’élève et tombe dans les bras de Titi qui ne demandait que ça. Dommage pour vous, les gars ! Réception impeccable, montée de genoux harmonieuse et tonique, dix mètres de course. Et Boum énorme tampon ! Le gars de Daussault prend cinq mètres sur l’impact. Le match est lancé. A cinq minutes de la fin, le score est toujours vierge. Les petits pères, dominés à outrance, défendent comme des enragés. Premier essai de Dassault de l’arrière intercalé qui met un crochet intérieur à la Mugne, qui prend un énorme courant d’air. Les petits pères sont cuits physiquement et craquent.Trois essais dans les trois dernières minutes.Pas de quoi rougir. On a eu quelques bons coups à jouer, qu’on a pas su concrétiser (manque de profondeur, jeu au pied mal maîtrisé)

Demi-Finale

Petits-Pères Jurassik Pack 1-2 (sur le terrain d’honneur face aux tribunes) Essai La Mugne Les petits pères en demi. La belle affaire. Pour la peine, la grégasse reste nous donner un coup de main. Romuald et Frank Topakian sont venus nous renforcer pour l’aprem. Jurassik pack à la maison, c’est du costaud. Les gaillards veulent conserver leur trophée.Coup d’envoi. Encore une fois, les petits pères proposent une défense de fer. Du mieux par rapport à la matinée, surtout dans la conservation du ballon, le nettoyage.Sur quelques actions, l’équipe a réussi à créer plusieurs temps de jeu en multipliant les points de fixation sans enterrer la gonfle. Bonne prestation en touche où l’on a réussi à leur grappiller quelques munitions. A signaler : la performance de Dédé (graziella), une ancienne internationale italienne (44 ans, elle ne les fait pas, très mignonne) bombardée seconde ligne. Un grand match ! La troisième ligne petit pèrienne est aux anges, on comprend pourquoi (l’intérieur des cuisses, hum.)Le matin, entendu sur le bord de la touche, un petit père curieux se risque : « Je peux te poser une question indiscrète ? Comment tu fais pour protéger tes seins ? » Réponse de l’intéressée : « Rien ». Pas de protection, mais quel mental ! Mais revenons au match. Les petits pères ouvrent le score sur un coup de pied par-dessus de Peter (Un irlandais qui vit à Bruxelles, ancien international luxembourgeois) un beau travail de Christophe Bourgeois qui transmet un caviar, avec deux mecs sur le rab, à la Mugne pour un essai tout fait entre les potos.Après ça se complique un peu. On prend deux essais en deuxième mi-temps en force. Mais on n’est pas obligé d’épiloguer là dessus.

Troisième place

Petits Pères-New Brighton 1-2 Essai Christophe Du british pour les petits pères ! Que des gros. Un premier centre monstrueux. Ils marquent deux essais sur des groupés pénétrants en première mi-temps. Pas grand chose à faire. Leur demi de mêlée est un ancien international Irlandais d’après notre espion vert Peter. Il a fait trois matchs en 1995 (je crois.) contre l’Etats-Unis l’Ecosse et les Fidji. Peter s’en souvenait « il était pas à la hauteur au niveau international ». Sur le terrain de Gennevilliers, en revanche, il fait un festival. Vista, technique, coup pied par dessus, etc. A signaler : un énorme tampon sur Djool (héroïque en défense) sur le bord de la touche qui se relève sans dégâts. Même pas mal qui lui dit le Djool.Menés deux à zéros sur deux essais de gros à la pause, Franck nommé capitaine (nono ayant tout donné sur les premiers matchs) ravive notre esprit patriotique, parle de rucking et tout et tout. Après le match, il confie « j’ai quand mis ma petite poire ! ». Les petits pères reviennent au score en deuxième mi-temps. Ben trouve l’intervalle au centre du terrain. Magnifique ! Christophe conclut l’action par un essai entre les potos. On va les croquer ces anglais, c’est sûr. Les Italiens sont remontés comme des pendules, la proximité latine sans doute. Dans les dernières minutes, les petits pères donnent tout et manquent d’égaliser sur un petit côté finement joué. Coup de sifflet final. Poignets de main et phrase qui tue : « Good Game », répètent à la chaîne les Anglais. Remise des prix Le speaker se plante en convoquant les petits frères. De toute façon il a raconté des conneries toute la journée, le speaker. Encore une fois, les petits pères offrent aux 250 spectateurs (selon le speaker) la plus belle image de la journée.Comme dans stade 2. Nos deux capitaines (Nono et Franck) et au milieu la coupe et Graziella. La classe quoi. A l’unanimité, l’homme du match est pour une fois la femme du match. Nono offre solennellement un maillot à notre belle italienne. Tournée de bises générale. PS : je parle pas beaucoup des gros ! Mais ils sont fait des gros match !

Merci à eux (Titi, Greg, Jérôme S, Gros fred (malade), Romuald, Frank T, qui se sont arrangés pour venir une partie de la journée) et à Rony qui a fait tous les matchs, le bougre ! Et merci à Nico G. pour sa pige du matin.