Suivez les Petits Pères sur facebook


Club house

PETITSPEROSCOPE

Résultats

Compte-rendu de match

Histoire des Petits Pères

La prod PP

Reportages photos

Autres sites des petits pères

Les AG

Liens pratiques

Contact

stade Louis lumière

Stade de la grenouillère

 

 

Les bulles sans les pulls

lundi 11 décembre 2006, par simonb

Une vingtaine de PP s’étaient finalement donné rendez vous, bravant le froid matinal et les hordes de cyclistes redbullés de Vincennes afin d’exécuter comme a l’accoutumé les Bulles de la Guillotine et de profiter d’un chaud et beau soleil d’hiver, qui dégelait le givre sur la flore et nos corps endormis.

Vingt PP et non 15, faisant dire a Rico, arrivé a la mi-temps avec Jules dans sa poussette, que son excuse pour venir compléter un effectif défaillant ne tenait plus la route et qu’heureusement que sa femme n’était pas la.

Sous la houlette du sifflet furibard de Gérard Bret, la partie s’est engagée avec jeu total. Les PP mettaient d’emblée la pression sur les Bulles acculés dans leur en but, et ouvraient très vite la marque sur un coup de pied de dégagement contré par la Mugne et applati par Guillaume. Rebelote quelques minutes plus tard avec un essai de la Mugne : le demi d’ouverture des Bulles démontrant la puissance au pied d’un écureuil, les PP épargnaient ainsi sur leur compte essai sans réellement flamber dans le jeu.

Quelques classes actions tout de même, comme ce coup de pied tactique de Boubou dans nos 22, récupéré par O’Bevan qui jouait en relai avec Maurin et, le terrain grand ouvert, attendit en vain une passe, notre grand Ostrogoth préférant prolonger au pied plutôt que d’offrir une viennoiserie a la main.

Et puis cette longue percée de la Mugne qui résista au retour des Bulles pour délivrer un cadeau a Guillaume (je crois). 3-O, mais trop de tralala, selon capitaine Jérôme, chacun tentant de jouer sa carte plutôt que de contruire. Nous marquâmes tout de même un quatrième essai que je n’ai pas vu, les remplaçants s’échauffant alors dans l’en but, avant que les Bulles ne réduisent le score sur une belle séquence des arrières, avec leur 13 en position d’ailier débordant notre défense.

La deuxième mi temps et les remplacements ne changeait guère la physionomie du match : gros avantage en possession de balle pour les PP, beaucoup de départs au ras de la mêlée mais une difficulté a enchainer. Sans doute aussi dû au tatillonisme irritant du corps arbitral. Notre pack marquait en force un cinquième essai. Simonpasmoi (enfin, si, mais non... enfin j’me comprends), notre arrière, rattrapait in extremis le 13 a quelques mètres de notre ligne, ramassait le ballon et se lança dans une chevauchée relativement vite avortée. Puis vint une énième combinaison foirée : nous annonçons une 12, Maurin devant aller péter pour réaliser un deuxième temps de jeu, mais ce dernier oubliait d’aller au sol et, une fois dans l’en but n’eut d’autre solution que d’aplatir. Dommage, mais un espoir tout de même puisque de nouvelles combinaisons a une touche de balles se profilent.15 au total.

Le match s’achevait sur un essai des Bulles après une séquence de percussions au coeur de la défense. 6-2 et un constat : trop hâtés a Vincennes, les PP ont tout de même du mal a produire du jeu contre plus faible qu’eux. Certains n’ont en revanche pas de mal a produire des Tout petits pères, comme Alexis et Sylvain, venus présenter leur nouveaux-nés en ce samedi ensoleillé.

Simon