Suivez les Petits Pères sur facebook


Club house

PETITSPEROSCOPE

Résultats

Compte-rendu de match

Histoire des Petits Pères

La prod PP

Reportages photos

Autres sites des petits pères

Les AG

Liens pratiques

Contact

stade Louis lumière

Stade de la grenouillère

 

 

Accueil du site > Compte-rendus de matchs > saison 2006-2007 > Les PP en AOC chez les VDQS

Les PP en AOC chez les VDQS

lundi 27 novembre 2006, par Vanou

Historique, oui ce match l’était. Soudés, oui définitivement les PP l’étaient, avec en plus une furieuse envie de faire tourner ces VDQS au vinaigre blanc.

C’est dans un esprit bon enfant que les PP arrivent au stade de Rueil, duquel ils ne sont (à ce moment là !) jamais sortis vainqueurs. Même si l’impatience fait son apparition alors que l’attribution des vestiaires tarde. Au bout d’une vingtaine de minutes, nous voici donc en train d’enfiler nos costumes de Princesse, pardon de Marquise. L’ambiance reste détendue et Rony nous gratifie d’une de ses préférences cul-inaires. No comment. Petit à petit les mots se font rares.

Le match est là, enfin ! Sur le terrain Maître O’Bevan Kenoby est nommé capitaine, ce qu’il accepte avec beaucoup d’honneur. A une condition cependant : "Que vous fermiez vos gueules", nous dira t-il aussi sec. L’entraînement est bref mais efficace et notre ami silence a définitivement fait son apparition.

Chacun a notre poste, nous découvrons nos vis-à-vis. "On peut se les faire". J’ai rêvé cette phrase ou quelqu’un l’a réellement dit ? Ou bien était-ce nos pensées à l’unisson ? Bref le coup d’envoi est donné.

Tout de suite les PP sont à la charge. Les gros ne lâchent rien, bien au contraire. Au premier contact, nos adversaires reculent d’une bonne dizaine de mètres. Premier effet PP sur le moral des VDQS. Plusieurs échanges se suivent. Rien ne semble pouvoir altérer nos lignes. Deuxième effet PP. Une équipe super motivée, super solide, et super déterminée. Voilà ce qu’était les PP hier. A tous les postes.

De l’accélération de la Mugne, comme il nous l’expliquera plus tard à table :
- "ouais vous savez quand j’ai fait MON accélération..." et tous de reprendre :
- ah ouais la fameuse accélération !
- l’accélération connue dans le monde entier !

Bref, effectivement La Mugne leur a mis un putain de vent ! Deux crochets pour être précis. Et puis il s’en est allé tranquillement aplatir entre les 2 poteaux. Se permettant le luxe de n’accélérer que sur les 10 derniers mètres. 1-0, Bravo.

De l’effet Maurin : Je pense qu’à l’heure qu’il est, certains VDQS se demandent encore quel train leur est passé dessus. Remonté à bloc, content d’avoir pu faire l’entraînement de la veille jusqu’au bout, c’est un Maurin tout en jambes et en hargne qui par deux fois va laminer la défense adverse. Sortie de mêlée, très longue sautée dans les bras de Maurin, 20 mètres en défonçant tout sur son passage et pour finir une passe, en forme de caviar, que je me suis empressé d’aplatir quelques mètres plus loin. C’était pathétique et émouvant de voir le dernier VDQS qui a croisé Maurin, battre frénétiquement l’air de ses bras en espérant qu’à un moment ça allait s’arrêter. 2-0.

Le troisième essai est quasiment le même que le précédent à un détail près. Pas de passe de dernière minute. Le bulldozer Maurin est lancé et cette fois-ci, il va jusqu’au bout. 3-0.

De la philosophie de Ximun : Avant c’était : "ils ne sont que 3, ça passe !" Maintenant c’est : "J’ai 2 vitesses, à l’arrêt et à fond !" Ah comme c’est bon de les voir grandir ces gros bébés ! Deux essais tout en "finesse" du Basque volant. 4 puis 5-0. Certains sur la touche diront que Ximun c’est une bonne idée à l’aile d’autres que Ximun c’est une bonne idée au centre. Bref Ximun c’est une bonne idée pour l’équipe.

A noter l’intervention silencieuse de Fifi, qui, pour ne pas céder à ses côtés les plus sombres c’est à dire se mettre à ronchonner ou à déverser des tonnes d’insultes sur nos adversaires déjà bien amoindris, se contentera d’une mimique digne d’un Tex Avery mais sans le son ! Rien n’est sorti, il a tout garder dedans ! Quel beau métier que le cinéma !

Le match s’achève entre euphorie pour les uns et vague à l’âme pour les autres. Quelques verres, un bon repas et je quitte l’assemblée avec le sentiment de me trouver à un endroit où nous ne sommes plus les bienvenus. C’est dommage. C’était pourtant une équipe qui donnait envie de vieillir peinard entre rugby, potes, voyages et bonnes bouffes. Le tout agrémenté d’un lexique musicale riche en souvenir.

Voilà je m’y suis collé à ce fichu CR ! En me relisant je me rends compte que j’ai oublié des tas de trucs, que je ne suis par hyper précis sur les phases de jeu... J’ai fait ce que j’ai pu. J’espère que vous me pardonnerez...

Merci à vous tous pour ces moments.

Vanou-scrib-dévoué