Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/vhosts/petitsperes.org/httpdocs/config/ecran_securite.php on line 225 LA TETE DANS LE SCEAUX - Les petits pères


Suivez les Petits Pères sur facebook


Club house

PETITSPEROSCOPE

Résultats

Compte-rendu de match

Histoire des Petits Pères

La prod PP

Reportages photos

Autres sites des petits pères

Les AG

Liens pratiques

Contact

stade Louis lumière

Stade de la grenouillère

 

 

LA TETE DANS LE SCEAUX

vendredi 20 mai 2005, par Pline

Jeudi 19 mai 2005 ; Stade de la Grenouillère ; temps doux ; terrain très correct ; arbitrage excellent ; 2 x 30 minutes ; mêlées poussées sur 1,50 m ; jeu au pied partout ;

Architectes - Petits Pères : 20 - 15 (mi-temps : 10 - 5). Le kop était composé de Bernard (merci pour les citrons et la touche) et Yvo (merci pour l’ensemble de son oeuvre).

Essais PP : Lomu puis Ben, Lomu.

Equipe de départ : Titi - Ximun - Rico (Cap) Sylvain - Fred Lulu Jerôme - Tramber (Tanguy) - Topak Nono - Mugne Lomu - Ben - Phil (Nico) - Nemo Simon B .

Sont entrés en 2ème mi-temps : Rony, Greg, Deski, Pline, Manu B., Boubou.

Match sérieux et parfois dur. Les Archis avaient convoqué le ban et l’arrière ban de leur effectif. Ils ont proposé un rugby solide, simple, agressif, parfois truqueur mais avec du jeu et des relances (pour preuve leur essai de 100 m). Un vrai match et un résultat logique sachant qu’ils vendangent deux essais en étant déjà dans notre en-but.

Les PP étaient au complet ou peu s’en faut. On a respecté l’horaire de convocation (ce qui est bien vu les trajets parisiens) mais pas l’horaire de mise en route. Malgré du temps pour s’échauffer et se préparer, les rouges (comme dit Boubou) ont loupé leur première mi-temps. Pas assez agressifs, parfois timorés, les PP, à l’exception des cinq premières minutes où ils ont occupé le camp Archi, ont subi. Souffrant en mêlées fermées, très contrariés à la touche, battus sur le jeu au sol, les possibilités de développer du jeu et de mettre du rythme étaient rares. La 2ème mi-temps a été une copie conforme malgré un essai dès la remise en jeu qui nous remettait à hauteur de nos adversaires (10-10 à la 31ème).

Tentative d’explications :
- Les Archis étaient cohérents sur les fondamentaux : effort en mêlée, effort au ras, effort sur le point d’impact pour récupérer. Aucune course en travers, ni devant ni derrière. Utilisation systématique des porteurs en pénétration.
- Les PP étaient émoussés. En déficit physique le « neuf » de devant a dû colmater de tous les côtés. La 3ème ligne et Nono ont ainsi été hyper sollicités en défense : accumulation de fatigue et manque de disponibilité pour jouer. Sur un match comme ça l’absence de Romuald s’est faite cruellement sentir : c’est notre meilleur gratteur de balles, et le meilleur empêcheur qu’on nous les pique. Autre élément, je pense qu’en défense on a parfois été trop attentiste sur leur initiatives. Chaque fois qu’on laisse venir des mecs qui ont un peu de rugby ils savent en profiter. A noter : ils avaient un seul point faible, l’ailier côté Manu B. en 2ème mi-temps. Ca laissait peu de trous de souris.

Malgré ça, les PP ont encore réussi des trucs : quelques belles charges, quelques belles percées de Ben et Mugne, un gros match du capitaine Rico, une belle initiative côté fermé de Nono et, comme toujours, de l’héroïsme en défense. Donc, malgré une entame loin d’être à donf, les PP ont peu à peu retrouvé leurs valeurs. Mais il est dur de courir après un score quand on souffre physiquement et qu’on a très peu des ballons. Il est dur aussi d’inverser une tendance quand on joue dispersé et sans se référer à un schéma minimum d’organisation et d’occupation du terrain.

Ce match peut valoir plusieurs lectures. C’est juste la mienne. Il me semble évident en tout cas que dès qu’il y a une rupture dans la succession des entraînements on baisse très vite de niveau. Je m’explique : ce match est venu après une période de trois semaines durant laquelle on s’est entraîné une seule fois. Ce n’est pas assez pour le physique et la mise au point des rouages.

Mea culpa, sur le coaching : je suis complètement passé à côté de la galère de Ximun. Sorry gamin.